Tite chapitre 1

 
L'apôtre Paul.
Au premier siècle.
Cette épître contient des conseils et des encouragements concernant les devoirs et les enseignements relatifs au ministère pastoral, avec un accent particulier sur la pratique d'œuvres bonnes.


Chapitres: 1 2 3 

10. Car il y en a plusieurs, principalement parmi ceux de la circoncision qui ne veulent pas se soumettre, vains discoureurs, qui séduisent les âmes,
11. auxquels il faut fermer la bouche, eux qui pervertissent des familles entières, enseignant pour un gain honteux ce qu'il ne faut pas enseigner.
12. Quelqu'un d'entre eux, leur propre prophète, a dit : Crétois toujours menteurs, méchantes bêtes, ventres paresseux.
13. Ce témoignage est vrai ; c'est pourquoi reprends-les sévèrement, afin qu'ils deviennent sains en la foi :
14. ne s'attachant point aux fables judaïques, et aux ordonnances d'hommes qui se détournent de la vérité.
15. Toutes choses sont pures pour ceux qui sont purs ; mais rien n'est pur pour ceux qui sont souillés et incrédules ; au contraire, et leur entendement et leur conscience sont souillés.
16. Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs œuvres ; étant abominables et rebelles et incapables de toute bonne œuvre.
1. Paul, serviteur de Dieu, et apôtre de Jésus-Christ, selon la foi des élus de Dieu, et la connaissance de la vérité qui est selon la piété,
2. dans l'espérance de la vie éternelle, que Dieu, qui ne ment pas, a promise avant des temps éternels,
3. mais il a manifesté en son propre temps sa Parole, par la prédication qui m'a été confiée, selon l'ordre de Dieu notre Sauveur :
4. à Tite, mon véritable enfant dans la foi qui nous est commune : Grâce et paix de la part de Dieu le Père, et de Jésus-Christ notre Sauveur.
5. La raison pour laquelle je t'ai laissé en Crète, c'est afin que tu règles les choses qui restent à régler, et que tu établisses dans chaque ville des anciens, suivant que je te l'ai ordonné,
6. s'il y a quelqu'un qui soit irréprochable, mari d'une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient ni accusés de dissolution, ni désobéissants.
7. Car il faut que l'évêque soit irréprochable, comme administrateur de Dieu ; non attaché à son sens, ni colère, ni adonné au vin, ni violent, ni porté au gain déshonnête ;
8. mais qu'il soit hospitalier, ami des gens de bien, prudent, juste, sain, tempérant :
9. retenant la fidèle parole selon la doctrine, en sorte qu'il soit capable, et d'exhorter suivant cette saine doctrine, et de convaincre les contradicteurs.